«Une de mes histoires préférées est celle d’un homme qui était tireur d’élite en Afghanistan. Je l’ai rencontré au zoo Bahnhof à Berlin, il était alcoolique, sans abri et vivait sous un pont. Il a tué des gens en Afghanistan de la manière la plus brutale. Il ne peut pas se débarrasser des images. Je lui ai dit que Jésus pouvait l’aider, qu’il était mort sur la croix pour lui. Il prie. Il n’est plus alcoolique, mais il est maintenant formé pour devenir un leader dans un centre de réadaptation chrétien.”

Lors de l’inondation à Ahrweiler, Werner Nachtigal s’y est rendu avec une équipe. “Nous tenions un service et j’ai parlé à un homme. C’était un Hells Angels, il avait des prostituées, il vendait de la drogue et il a été en prison pendant deux ans pour meurtre. Il était déjà au sommet du satanisme et aussi nazi. Il fouilla dans toutes les toilettes accessibles d’une manière ou d’une autre. Il s’est en fait converti. Puis quand je l’ai revu, il m’a dit : ‘Depuis que j’ai rencontré Jésus, je suis libre. J’adore les étrangers, je fais une école biblique maintenant.”

Lorsque Werner Nachtigal a enterré sa mère l’année dernière, il a prêché le sermon lui-même. “Cinq minutes avant les funérailles, j’ai demandé aux gars qui creusaient la tombe ce qui se passait. quand ils meurent et leur ai expliqué l’évangile.”